Announcement

Collapse
No announcement yet.

Suivez la flèche

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Suivez la flèche

    J'avais déclaré dans mon millième message que j'arretais les listes et que je me lançais dans une lecture non linéaire de la . Mais j'avais omis de faire une liste des multiples renvois de la :

    En blanc, les renvois de Zampano.
    En rouge, les renvois de J.E.
    En bleu, les renvois des éditeurs.
    • p 10 note 13 : Renvoie au chapitre 5 note 67 (p 55)
      p 18 note 23 : chapitre XIX (p431)
      p 29 note 35 : Annexe II (p 588 - 589)
      p 38 note 45 : chapitre 9 Note 123(p 113)
      p 57 note 68 : p 4
      p 60 note 70 : Pièce Six (p 553)
      p 73 note 78 : Annexe II D (p 603) et II E (p 604)
      p 81 note 85 : Pièce Quatre (p 551)
      p 83 note 89 : Chapitre XIII (p 319)
      p 83 note 90 : Note 19-20 (p 17)
      p 86 note 96 : Chapitre XI (p 252)
      p 96 note 109 : Pièce Quatre (p 551)
      p 111 : chapitre V (p 41)
      p 115 note 133 : p 30, 364 et 455
      p 116 note 138 : Chapitre Six note 82 (p 77), Histoire de Tom (p 259), note 249 (p 267)
      p 116 note 135 : note 129 (p 113)
      p 116 note 137 : note 134 (p 115)
      p 117 note 139 : note 135 (p 116)
      p 117 note 141 : Annexe F (p 579)
      p 124 note 152 : Chapitre XVII (p 401)
      p 143 note 175 : Annexe E (p 573)
      p 144 note 176 : Annexe B (p 563)
      p 144 note 179 : Annexe II-B (p 591)
      p 155 note 195 : Chapitre Un (p 3)
      p 171 : Chapitre III (p 21)
      p 173 note 203 : p 100
      p 250 note 219 : p 339 - 340
      p 267 note 249 : Chapitre Six (p 75)
      p 320 note 258 : note 212 (p 194)
      p 322 : Chapitre V (p 41)
      p 325 note 269 : Index (p 704)
      p 329 : Chapitre II (p 8 ) et V (p 41)
      p 335 note 281 : chapitre 5 note 67
      p 343 note 299 : Annexe B (p 565)
      p 346 note 304 : note 265 (p 323)
      p 355 : note 69 (p 59)
      p 358 : p 15 et Chapitre II p 11
      p 359 note 320 : Chapitres XVII (p 396) et XIX (p 431)
      p 390 note 353 : Pièce n°3 (p 550)
      p 406 : Chapitre II (p 8 )
      p 407 note 375 : Annexe F (p 575)
      p 410 note 379 : p 22-23
      p 417 note 391 : note 310 (p 356)
      p 426 note 405 : Annexe C (p 567)
      p 435 : Chapitre XV (p 378)
      p 530 : p 399 et p 119
      p 548 : Chapitre IX (p 109)
      p 552 note 430 : Annexe II-C
      p 553 note 431 : Annexe II-C

    A suivre ...

    Aussi :
    - Des références moins explicites :
    p 98 : p 626
    p 513 : p 590

    - Le Short Cut : p 430 : p 539

    - le Labyrinthe du chapitre IX :
    Originally posted by page 98
    je me permet quelques remarques ici à
    propos du chapitre IX, le fameux labyrinthe. Ceci concerne les notes de bas de
    pages "X" et "K". Il convient de différencier le "X" croix (symbole du code sol-air) de
    l'"X" yx (la lettre) et le "K" (sol-air) du "K" (lettre).

    Il n'y a pas de corps de texte. Le chapitre est essentiellement constitué de notes et
    de l'exergue (ainsi que d'une photographie des ténèbres page 150). Il n'y a pas de
    centre (peut-être se cache-t-il derrière la case noire page 150...). Claro dans une
    interview disait (de mémoire) que le livre contient des rumeurs dans les marges.
    C'est on ne peut plus vrai ici. Ce ne sont que détours sur détours etc.

    Donc, en ayant différencié les symboles X et K, on constate que dès l'exergue le
    lecteur se perd dans les notes, quittant le droit chemin. Donc, le "X" (sol-air)
    renvoie juste en dessous, même page, suit la note 120 (de la main de JE) qui
    s'achève page 111. Ici, le lecteur est déjà perdu, il n'y a pas de texte principal.
    Deux solutions : prendre le texte en haut de la page, qui est un renvoi de la note
    "K" (sol-air)(le lecteur cherchant furieusement l'appel de cette note), ou continuer
    dans les notes sans rien comprendre.
    Le "X" (sol-air) donne très justement un avertissement : "unable to proceed"
    (collage page 600), "ceci n'est pas pour vous ..."

    Ceci, de toute manière, quelque soit le chemin utilisé, le conduit page 116 à la note
    136 (il aurait très bien pu y arrivé plus tôt, puisque la première note du chapitre
    renvoie à la note 135, juste au dessus mais le lecteur, par souci de ne pas se
    perdre ou pout ne pas rater quelque chose n'a pas fait attention). La note 136
    contient une citation de Pline : "Des portes sont laissées dans les murs à de
    fréquents intervalles pour suggérer de façon trompeuse le chemin à venir et pour
    forcer le visiteur à revenir par les voies même qu'il a déjà empruntées dans ses
    errances." Ce passage n'est pas de la main de Z, le symbole "K" (sol-air)est inclus
    dans les crochets, elle est du fait des Editeurs et après le point, le renvoi de la
    note "K" (sol-air) qui nous fait revenir en arrière de quelques pages nous faisant
    reprendre les mêmes chemins. A noter le circuit fermé, puisque la note 136 est
    appelée dans le "texte du haut" et renvoyée au "texte du bas" et la note "K"
    (sol-air) est appelée dans le "texte du bas" et renvoyée dans le "texte du haut".
    Cette boucle sans fin est ironiquement justifiée par le collage page 600 : "K"
    (sol-air): "indicate direction to proceed"...

    Passons au symbole "X" (lettre) qui nargue le lecteur, lui faisant croire qu'à priori,
    c'est un renvoi de plus vers le début du chapitre et la note "X" (sol-air). Le premier
    appel appartient à la note 134 page 115. Où Z nous renvoie au texte de Penelope
    Reed Doob, à la page 1, l'entrée du livre, l'entrée du chapitre. Second appel page
    116, lorsqu'il est dit que le labyrinthe contient le "travail" et l'Arche de Noé le
    "repos". Troisième, page 117 note 140 barrée : "et si vous perdez, du moins tirez
    quelque consolation de l'absolue certitude que vous allez périr." En fait, par trois
    fois, il s'agit d'un effort pour sortir de ce dédale, en plongeant d'abord dans un
    autre livre (pour comprendre la prison dans laquelle s'enferme le lecteur), puis, plus
    simplement, souhaiter le repos, et enfin prendre conscience qu'il n'y a pas de sens,
    de centre, devrait apporter au lecteur quelque consolation.

    Heureusement, le lecteur a une dernière chance de sortir, à la fin du chapitre, page
    157, dans le "texte du haut", (une lecture "logique" ammène ici plutôt qu'ailleurs, le
    lecteur est quand même guidé dans le labyrinthe) se trouve une note "I>"(sol-air)
    qui correspond à "Will attempt to take off", c'est à dire "décoller" si je ne me trompe
    pas. Essai réussi une chance sur deux, puisque ce symbole renvoi en bas de page :
    "(Aucun point de ponctuation ne devrait apparaître ici)[...]["K"(lettre)]"
    Pas de point de ponctuation normalement, donc pas de limite au labyrinthe,
    pourtant il apparaît quand même. Et le symbole qui achève la phrase ressemble
    étrangemement au "K" (sol-air) de la page 111. Pourtant, à bien y regarder, ce
    n'est pas le même, et en plus il n'y a pas de renvoi.
    (A noter que les deux renvois "K"(lettre) et "I>" ne sont pas inclus dans la
    ponctuation au contraire de toutes les notes dans le livre. Coquille ? je ne pense
    pas.

    Seule solution, continuer la lecture du livre. Arriver page 159, deux pages plus loin,
    au chapitre X ("X" (lettre)) où le premier mot du chapitre est "Karen" ("K" (lettre)).
    C'est aussi à cet endroit que commence l'aventure pour Will Navidson, Will a réussi
    à décoller.

    Le chapitre X, je le vois comme le centre du labyrinthe, extérieur à l'objet lui-même
    (tout ceci est dit dans le texte de Z). Après s'être perdu pendant des heures,
    "sortir" de ceci revient finalement à entrer plus profondément.

    A noter aussi que la fin du chapitre VIII s'achève sur ces mots : "t'as juste besoin
    de te changer les idées, de sortir un peu de ta ." Paroles de Pan-pan à JE.
    Ce qui laisse croire que le Chapitre IX est une belle illustration de l'esprit confus et
    torturé (tortueux) de JE. Et nous sommes aux premières loges...

  • #2
    ça c'est une liste que j'aime beaucoup !

    Comment


    • #3
      une sorte de "longue liste" très utile....

      Comment


      • #4
        Ouida ! On pourrait presque dessiner une carte...un plan...ou un labyrinthe !

        Comment


        • #5
          Le passage labyrinthique expliqué par page98 n'est pas la première allusion au code sol-air. p 48-49, JE alors au Sky bar (bar du ciel) évoque une chute "dans une lumière différente, et sans se réveiller cette fois, avant le choc, mais dormant tout ce temps, pendant l'écrasement au sol, à une vitesse maximale, le broyage, le heurt, Quel genre de code d'urgence sol-air pourrait signifier cette marque ? L'opposé de L ? Ce n'est pas clair ? Sans doute X désigne-t-il juste l'endroit : Incapable de Continuer -

          ------
          A noter qu'il s'agit bien pour le premier symbole de l'opposé de L (= pas compris); i.e. un L avec le trait horizontal en bas vers la gauche, et non d'un L à l'envers.

          Comment


          • #6
            Les pages 381 et 382 (chapitre xvi) font un bilan sur les faits avérés dans la .

            - pas de lumière : chapitre I, IV-XIII

            - pas d'humidité : chapitre I, V-XIII

            - pas de mouvements d'air : chapitre I, V-XIII

            - la température est de 0°C : chapitre IX

            - pas de bruits : chapitre IV-XIII
            sauf un grondement : chapitre V, VII, IX-XIII

            - les boussoles ne marchent pas : chapitre VII
            les altimètres non plus chapitre VII
            les radios ont une portée limitée : chapitre VII-XIII

            - les murs sont noirs légèrement cendrés : I, IV-XIII

            - il n'y a aucuns éléments décoratifs : chapitre IX

            - la taille et la profondeur varient : chapitre I, IV-VII, IX-XIII
            l'endroit peut changer de géométrie instantanément : chapitre I, IV-VII, IX-XIII
            ces changements engendrent le grondement : chapitre VII
            on n'a pas trouvé de fin ici : chapitre V-XIII

            - l'endroit se purgera de toutes choses : chapitre IX, XIII
            on n'y a jamais trouvé d'objet : chapitre I, IV-VII, IX-XIII
            il n'y a pas de poussière : chapitre IX

            - au moins trois personnes y sont mortes : chapitre X, XIII
            Jed, Holloway et Tom : chapitre XIII
            Un seul corps a été retrouvé : chapitre XIII

            Comment


            • #7
              Un double post ! Encore !!!

              Originally posted by Nash
              - le Labyrinthe du chapitre IX :
              Originally posted by page 98
              je me permet quelques remarques ici à
              propos du chapitre IX, le fameux labyrinthe. Ceci concerne les notes de bas de
              pages "X" et "K". Il convient de différencier le "X" croix (symbole du code sol-air) de
              l'"X" yx (la lettre) et le "K" (sol-air) du "K" (lettre).

              Il n'y a pas de corps de texte. Le chapitre est essentiellement constitué de notes et
              de l'exergue (ainsi que d'une photographie des ténèbres page 150). Il n'y a pas de
              centre (peut-être se cache-t-il derrière la case noire page 150...). Claro dans une
              interview disait (de mémoire) que le livre contient des rumeurs dans les marges.
              C'est on ne peut plus vrai ici. Ce ne sont que détours sur détours etc.

              Donc, en ayant différencié les symboles X et K, on constate que dès l'exergue le
              lecteur se perd dans les notes, quittant le droit chemin. Donc, le "X" (sol-air)
              renvoie juste en dessous, même page, suit la note 120 (de la main de JE) qui
              s'achève page 111. Ici, le lecteur est déjà perdu, il n'y a pas de texte principal.
              Deux solutions : prendre le texte en haut de la page, qui est un renvoi de la note
              "K" (sol-air)(le lecteur cherchant furieusement l'appel de cette note), ou continuer
              dans les notes sans rien comprendre.
              Le "X" (sol-air) donne très justement un avertissement : "unable to proceed"
              (collage page 600), "ceci n'est pas pour vous ..."

              Ceci, de toute manière, quelque soit le chemin utilisé, le conduit page 116 à la note
              136 (il aurait très bien pu y arrivé plus tôt, puisque la première note du chapitre
              renvoie à la note 135, juste au dessus mais le lecteur, par souci de ne pas se
              perdre ou pout ne pas rater quelque chose n'a pas fait attention). La note 136
              contient une citation de Pline : "Des portes sont laissées dans les murs à de
              fréquents intervalles pour suggérer de façon trompeuse le chemin à venir et pour
              forcer le visiteur à revenir par les voies même qu'il a déjà empruntées dans ses
              errances." Ce passage n'est pas de la main de Z, le symbole "K" (sol-air)est inclus
              dans les crochets, elle est du fait des Editeurs et après le point, le renvoi de la
              note "K" (sol-air) qui nous fait revenir en arrière de quelques pages nous faisant
              reprendre les mêmes chemins. A noter le circuit fermé, puisque la note 136 est
              appelée dans le "texte du haut" et renvoyée au "texte du bas" et la note "K"
              (sol-air) est appelée dans le "texte du bas" et renvoyée dans le "texte du haut".
              Cette boucle sans fin est ironiquement justifiée par le collage page 600 : "K"
              (sol-air): "indicate direction to proceed"...

              Passons au symbole "X" (lettre) qui nargue le lecteur, lui faisant croire qu'à priori,
              c'est un renvoi de plus vers le début du chapitre et la note "X" (sol-air). Le premier
              appel appartient à la note 134 page 115. Où Z nous renvoie au texte de Penelope
              Reed Doob, à la page 1, l'entrée du livre, l'entrée du chapitre. Second appel page
              116, lorsqu'il est dit que le labyrinthe contient le "travail" et l'Arche de Noé le
              "repos". Troisième, page 117 note 140 barrée : "et si vous perdez, du moins tirez
              quelque consolation de l'absolue certitude que vous allez périr." En fait, par trois
              fois, il s'agit d'un effort pour sortir de ce dédale, en plongeant d'abord dans un
              autre livre (pour comprendre la prison dans laquelle s'enferme le lecteur), puis, plus
              simplement, souhaiter le repos, et enfin prendre conscience qu'il n'y a pas de sens,
              de centre, devrait apporter au lecteur quelque consolation.

              Heureusement, le lecteur a une dernière chance de sortir, à la fin du chapitre, page
              157, dans le "texte du haut", (une lecture "logique" ammène ici plutôt qu'ailleurs, le
              lecteur est quand même guidé dans le labyrinthe) se trouve une note "I>"(sol-air)
              qui correspond à "Will attempt to take off", c'est à dire "décoller" si je ne me trompe
              pas. Essai réussi une chance sur deux, puisque ce symbole renvoi en bas de page :
              "(Aucun point de ponctuation ne devrait apparaître ici)[...]["K"(lettre)]"
              Pas de point de ponctuation normalement, donc pas de limite au labyrinthe,
              pourtant il apparaît quand même. Et le symbole qui achève la phrase ressemble
              étrangemement au "K" (sol-air) de la page 111. Pourtant, à bien y regarder, ce
              n'est pas le même, et en plus il n'y a pas de renvoi.
              (A noter que les deux renvois "K"(lettre) et "I>" ne sont pas inclus dans la
              ponctuation au contraire de toutes les notes dans le livre. Coquille ? je ne pense
              pas.

              Seule solution, continuer la lecture du livre. Arriver page 159, deux pages plus loin,
              au chapitre X ("X" (lettre)) où le premier mot du chapitre est "Karen" ("K" (lettre)).
              C'est aussi à cet endroit que commence l'aventure pour Will Navidson, Will a réussi
              à décoller.

              Le chapitre X, je le vois comme le centre du labyrinthe, extérieur à l'objet lui-même
              (tout ceci est dit dans le texte de Z). Après s'être perdu pendant des heures,
              "sortir" de ceci revient finalement à entrer plus profondément.

              A noter aussi que la fin du chapitre VIII s'achève sur ces mots : "t'as juste besoin
              de te changer les idées, de sortir un peu de ta ." Paroles de Pan-pan à JE.
              Ce qui laisse croire que le Chapitre IX est une belle illustration de l'esprit confus et
              torturé (tortueux) de JE. Et nous sommes aux premières loges...
              Je replace ici le passage extrait de ce lien qui met en relation le chapitre labyrinthique et la grammaire Palladienne (je me permets de le recopier car comme c'est un cache, j'ai peur de ne plus pouvoir y accéder au bout d'un moment):


              Originally posted by jonny
              Information on the Labyrinth Chapter

              Key reference: The note / summary of Palladian Grammar on pg 120, with the accompanying footnote that leads you to Andrea Palladio's The Four Books of Architecture and Mitchell's The Logic of Grammar, both of which currently reside at our library. Further investigation shows that Palladian Architectural Grammar is a standardized system of drawing floorplans that are highly varied and easily variable. Of particular importance is the idea that with a set of mathematical rules, a bi-symmetrical image can be produced that is nearly limitless is possibility and range. Some notes follow.

              1. Like with the epigraphs to the Labyrinth chapter, everything Zampano writes about Palladian Grammar can be found in Mitchell's book, indicating that he might not have read the source text, only the summary of it in a secondary source - this fact is obscured.

              2. I'd be willing to bet that if you hold up the floor plans for the Villas mentioned on pg 120, all actual buildings Palladio designed and built for Italian nobility during his lifetime and which he dedicates a fair amount of time to in the first of the four books, there might be some indication of where Danielewski's text is headed in terms of it's typographical and structural development.

              3. The 8 rules that Mitchell offers as a summation of Palladian Grammar actually read as a design grammar to understand the text itself, both structurally and thematically. Think of it this way: Take the book as an object. Lay it out flat. Pick a point in the dead center (along the spine) to call point A. From there, following a precise set of rules (that architects can apparently understand and the meaning of which completely eludes me) one can begin to draw a grid that eventually reaches a 5X3 format, that is 5 spaces across and 3 spaces down.

              From there, the exterior of the object can be circumscribed. We now have a book. Within that book, the rooms are layed out, the interior walls RE-aligned (something we'll return to later), the doors, openings, etc are constructed, shifting when necessary, and finally, the plans are terminated.

              Termination in Palladian terms refers to the act of going back over the floorplan and erasing guide lines and reference marks to produce a plan free of lines and guide posts that get in the way of understanding what is being looked at.

              So if we begin at the beginning of chapter 9, we can begin to see the grid emerge (the exterior walls of the book itself), increasing in complexity as the rooms are designed and redesigned, sometimes following the precepts of Palladian grammar, sometimes not (remember, the whole thing is, after all, supposed to be UNCANNY, UNHOMELY, UNHEIMLICH), and eventually reaching a point where doors, entryways, go in many different directions. After the grid reaches it's most complex point, the lines begin to disappear, the rooms begin to appear and disappear as they may, without the aid of page marks (termination), the text literally eating itself.

              This element of chaos introduced into an otherwise rigid structure echoes what is going on in the text, with these different stories, that have up to this point, been kept at least somewhat distinct, begin the spin around one another, Johnny's stories, Zampano's endless notes, and the Exploration team spiraling out of control, the guidelines for each group of characters breaking down until Halloway finally loses it, breaks from the plot, and heads off into the darkness. This can be seen as the understandable reaction for a certain personality type when faced with this kind of situation.

              But what kind of a situation does Danielewski suggest this is? A highly structred process of architectural rules that is so big, so immense, so convoluted that it can only be understood in it's entirety. But since we can't see it's entirety, then we are forced to confront it piece by piece, something not everyone can handle.

              4. The role the lists play in the story. Zampano provides, moreso here than anywhere else in the book, incredibly detailed (and incredibly boring) lists of people and objects. The square box in the middle of the page contains dozens of physical objects one needs in order to construct a . The joke, of course, is that this uses absolutely none of those things, and in fact, any of those objects that are introduced to the environment of the immediately begin to disappear. This is a most un-ly . The list of people and archetectural designs, schools, and examples that line each side of the page serve as a catalogue of aesthetics that this stands in complete defiance of. Think of when we were told to learn all the rules first, and then begin to break them. Works the same way - we have a list of things this flies in the face of.

              From an academic standpoint, this also works in terms of the content of the book. A normal academic text incorporates many of the same elements we find in the labyrinth chapter (except maybe Johnny), but not the way we find those elements - all twisted around an confusing, reading forward, backwards, upside down, in mirror image, and so on.

              5. Reference on page 113 to the axis mundi, the "centre of the world... concretized as a tree" - a direct reference to (among other things) the figure of Yggdrasil, the world tree in Norse Mythology. Some important notes about this particular image:

              A) Yggdrasil appears by name on page 709.

              B) Throughout much of Europe, but especially in Scandanavian legend, the most important tree, the world tree itself, is an ash tree. See the following links for: information on Yggdrasil as an ash tree & , as well as this interesting (if confusing) article on the role of the Ash Tree in IndoEuropean Culture. Of course, it is very important to note that the whole damn story takes place on Ash Tree Lane. More on that in a moment)

              C) The story of Yggdrasil itself might have some other resonances. According to legend, the tree has 3 roots, going through Asgard, the realm of the gods, one through Midgard, the realm of mortals, and the third through Hel, the underworld. The root in Midgard ends in the Spring of Mimir, said to be the spring of knowledge. The legend goes on to say that Odin, desiring the knowledge of the spring, sacrificed one eye (concept of blindness) and eventually, his body, piercing it with his spear and hanging himself from the branches of the Ash Tree for 9 days and nights, believing that through the mortification of the flesh (since his sacrifice could not be to a "higher power" - he was the higher power - the sublimity of knowledge would come to him.

              So what we have here is the quest for knowledge, the trope of blindness, and the image of the sacrificed king of the gods "pierced and hanging from the storm tree" (A. A. Attanasio, epilogue to J. O'Barr's The Crow).

              6. Johnny makes a reference to his half-moon scars on page 129 - an important meditation on his scars and defensiveness regarding the source of those scars, as well as a discussion about the fact that he has no tattoos, despite his current profession. Important lines: "Scars are the paler pain of survival, received unwillingly and displayed in the language of injury.

              Comment


              • #8
                Oh la vache, Nash ! Que de l'anglais ! Et mon coach qu'est en congés :cry: T'es dur, là !


                Edit : J-1

                Comment


                • #9
                  champi !

                  Quel honneur que d'être le premier à te souhaiter un TROISIEME (!) joyeux anniversaire !!!

                  A la tienne !
                  Santé, cher escargot !

                  Comment


                  • #10
                    Ach so ! Bon @nniv' !

                    Comment


                    • #11
                      Et pour moi aussi. (mais je suis des vacances demain.) Étant iconoclaste, je célèbre du côté français.

                      (C'est réellement mon anniversaire de mariage aujourd'hui. Plus important!)

                      Merci pour la salle de partie!

                      Comment


                      • #12
                        Félicitations à toutes et à tous!

                        Nous sommes une grande famille heureuse ici. Oh que ça fait du bien, les gars! :)

                        Comment


                        • #13
                          Merci à tous ! C'est vrai que nous sommes une joyeuse grande famille !
                          Mais je vais plutot célébrer ça sur un topic qui me tient énormément à coeur...vous me suivez ? Par ici, everybody !

                          Comment

                          Working...
                          X